Daredevil Saison 2 sur Netflix : l’amour et la violence

par Guillaume

Ca y’est ! J’ai enfin terminé de regarder la saison 2 de Daredevil sur Netflix. Cela faisait près d’un an que j’attendais avec impatience la suite de cette série US issue du Comic Marvel du même non. La première saison fut une telle réussite tant d’un point de vue scénaristique et technique, que la saison 2 était attendue de pied ferme par de nombreux geek (dont je fais parti). Il est venu l’heure de vous rendre mon avis sur cette seconde saison qui je vous l’annonce d’emblée SPOILER ALERT sera suivie par une troisième saison… voire un SPIN-OFF !

Daredevil & le Punisher : je t’aime moi non plus !

Dès le premier épisode, l’intrigue est lancée : un nouveau badass est arrivé à Hell’s Kitchen et son crédo c’est de massacrer les mafieux par dizaine ! Après le massacre des russes dans la saison 1, c’est au tour des irlandais, latinos et bikers d’en prendre plein les dents ! Rien de bien tragique vous me direz, hélas c’était sans compter sur le légendaire code d’honneur de notre super-héros aveugle. Et oui, pour Daredevil, le meurtre même de méchants mafieux sans scrupule, c’est mal !

Il ne faut pas attendre bien longtemps pour avoir droit à une rencontre musclée entre Daredevil et le Punisher dans cette seconde saison. Leur relation devient assez vite gênante pour le spectateur tant elle est un mélange de violence et mépris au départ, puis de soutien et de respect ensuite. J’ai vraiment du mal encore aujourd’hui à dire s’ils sont finalement alliés ou ennemis ! Tout au long de la saison ils ne vont cesser de s’affronter, de s’allier face à un ou des ennemis communs et de se sauver la vie l’un l’autre. Difficile pour le spectateur de comprendre ou cela veut en venir. Pis encore, si l’on s’intéresse aux dialogues entre eux, il ne s’agit que d’un dialogue de sourd entre un aveugle plein de principes et un quasi muet plein de haine ! Bon j’en rajoute un poil, car les deux personnages sont très charismatiques mais disons que leur relation est plus que torturée et vire presque à la comédie sentimentale gay.

Finalement le Punisher et un badboy névrosé est attachant (il va d’ailleurs quasiment s’attirer les faveurs de la nouvelle meuf de Daredevil, le fumier), mais son apparition dans cette saison 2 de Daredevil me semble un peu trop gratuite et presque une publicité pour annoncer un futur spin-off chez Netflix. A suivre !

Daredevil & Elektra : je ne t’aime plus mon amour !

En parallèle à notre ami Punisher, un nouveau personnage fait son apparition dès le 5ème épisode : Elektra. Ah qu’elle est belle cette Elodie Yung et en plus elle est française ! Si je n’aimais pas les blondes je dirais que c’est tout à fait mon genre…  Mais ça s’arrête là car après quelques épisodes elle devient vite énervante à faire sa femme fatale sans pitié pour le monde dans lequel elle vit et on en vient vite à souhaiter que Matt Murdock la dégage le plus vite possible de sa vie.

C’était sans compter sur le déroulement de la véritable intrigue de la saison : l’affrontement à mort entre deux organisations secrètes. La première, The Hand, est emmenée par une horde de ninja japonais qui semble s’intéresser aux zombies et dont le but ultime et de récupérer tous les Black Sky : des êtres humains surpuissant capables de déclencher un sorte d’Apocalypse. L’autre organisation est guidée par Stick (le maître de Daredevil & Elektra) et n’existe que pour combattre et anéantir la première (et en passant tous les Black Sky).

Donc oui vous l‘avez compris, Elektra ne revient pas dans la vie de Daredevil pour ses beaux yeux mais bien pour l’utiliser (au sens propre comme figuré). Elle fait partie de la contre organisation à The Hand, avant de finalement changer de camp, puis de se raviser…

Bref je dirais qu’Elektra est la caricature parfaite de la sociopathe jeune et moderne d’aujourd’hui. Elle est castratrice, manipulatrice et égoïste (pas complètement mais je ne peux pas tout vous dire non plus). Elle nous casse les couilles d’entrée et finit par nous laisser sur notre faim ! J’exagère encore une fois car elle va s’avérer être fortement utile pour nous permettre d’entrapercevoir un Daredevil moins joli que celui auquel on s’était habitué. Mais au final, merde, on en peut plus des femmes fatales et suffisantes d’elles-mêmes ! Donnez-nous des femmes aimantes et dévouées, prêtes a tout pour leurs hommes.

Un cabinet sur les sentiers de la perdition.

Je n’aborderais que très peu la partie jour de la vie de Daredevil dans mon article compte-rendu car je ne me suis que très peu intéressé à sa relation avec son ami Franklin « Foggy » Nelson. Bien que Foggy prenne du grade dans cette saison et que le cabinet Nelson & Murdock soit en passe de remporter l’affaire du siècle, le final est plutôt tragique pour eux et finalement c’est tant mieux, je ne l’aimais pas ce Foggy.

Ce mélodrame sentimental s’avère néanmoins utile pour l’émancipation du personnage de Karen Page (la nouvelle meuf de Daredevil) qui passe d’assistante à journaliste d’investigation. Vous avez remarqué comme je me réjouis de la réussite d’un personnage féminin ? Et oui j’aime les femmes sensibles et sincères…

Une saison 3 qui va se faire désirer.

Le final est assez bon en terme de Cliffhanger, et du coup vous risquez de finir comme moi, partiellement frustré et partiellement satisfait. L’attente risque d’être longue tant cette saison fut intense et encore je ne vous ai pas révélé certaines surprises. Mais Game of Thrones arrive dans 3 jours alors bon on aura de quoi patienter quelques mois !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>