Quand les Grandes Ecoles font de l’ombre aux incubateurs

par Charlotte

Grands espaces aménagés, laboratoires, bonne situation financière, solide réseau d’anciens étudiants, réputation mondiale et surtout ressources illimitées en neurones bien frais : les Grandes Ecoles sont des véritables machines de guerre ! Mais vont-elles tout détruire sur leur passage ?

Les Grands Ecoles ont bien pris conscience, et ce déjà depuis quelques années, de leur potentiel et surtout des cartes qu’elles ont à jouer sur la scène de l’entreprenariat. Si elles ont tout misé, pendant des années, sur leurs réseaux d’entreprises et sur leurs forums des métiers, il a bien fallu qu’elles se rendent à l’évidence et qu’elles s’adaptent à une scène économique révolutionnée. Des grands groupes en permanente restriction budgétaire, des jeunes qui  ne rêvent plus LVMH mais Blablacar, Uber, Airbnb…, les temps ont changé et les Grandes Ecoles ont tout compris en se lançant dans la création d’incubateurs. Centrale, HEC,  Polytechnique, INSEEC… pas une Grande Ecole française sans incubateur, elles suivent le chemin des écoles anglo-saxonnes (Harvard, Cambridge…) qui ont bien sûr quelques années d’avance.

Et si les futurs grands succès économiques mondiaux se préparaient à l’école ?

Ça paraît ultra logique, en fait, les Grandes Ecoles ont-elles enfin passé un nouveau cap dans l’apprentissage ? Á voir. En tout cas, ce qui est sûr c’est que les incubateurs d’entreprises vont avoir une sacré concurrence et ont du souci à se faire, selon moi ! Car en plus d’encadrer leurs étudiants et jeunes (ou moins jeunes diplômés), les incubateurs de Grandes Ecoles ouvrent peu à peu leurs portes aux projets extérieurs.

Et au Luxembourg, on en est où ?

On sent depuis un ou deux ans, un véritable engouement au Luxembourg pour les Start-up avec de nombreux intervenants : des accélérateurs de projets comme LINC SA, des espaces de co-working comme Nyuko, des programmes d’accompagnement pour la création de Business plan (1, 2, 3 Go), les formules ‘all in one’ du Technoport, des programmes gouvernementaux… mais on n’entend pas encore parler d’incubateur d’université ou d’école.

Sachant qu’on a toujours un petit temps de retard en la matière, je pense que tous ses intervenants Luxembourgeois devraient véritablement réfléchir à l’option Grandes Ecoles (Partenariat, sponsorship,…) pour rester à la page et surtout pour s’assurer des avenirs bourrés de projets.

Partagez notre article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>